Les différentes façons de divorcer

Si les époux ne s’entendent pas sur la façon à l’amiable de divorcer alors il y en aura trois autres manières de le faire. En fait la façon de divorcer dépend des causes liées à l’échec du mariage. Chacun d’entre eux ont un côté bénéfique selon chacun leur principe de base. Cela ne signifie pas que cette situation engendre des bénéfices sur le finance des deux parties. Au contraire, cela peut devenir un fardeau sur le plan pécuniaire surtout quand  des biens communs et quand des enfants sont impliqués.

Le couple a le choix entre différent type de dissolution du mariage. Mais chaque choix engendrera un épuisement de fortune surtout quand cela vient dans le domaine le plus compliqué. Tout ceci vous est expliqué sur divorceparconsentementmutuel.org

Maintenant place au quatre type de divorce.

Le divorce par consentement mutuel

Est rapide et  moins onéreux, en plus il suffit d’un seul passage devant le juge. Il faut juste suivre les  4 étapes de la procédure. Notamment, l’engagement d’un avocat, la rédaction de la convention fait à partir d’un commun accord, la déposition de la demande de séparation définitive et le prononcé de cette séparation.  Tout cela est régi par les articles 230 et 232 du code civil en droit de la famille (droit français).

Les deux parties ont convenues les sommes versées pour l’organisation de la vie après le mariage.

Le divorce toléré ou sur tolérance de la rupture

Selon les articles 233 et 234 en droit de la famille. Les conjoints sont sur le même pied d’escale sur la question de séparation définitive. Ils sont tous les deux entièrement d’accord sur ce fait. Or il y a des règlements relatifs à cette grande décision. C’est sur ce point que se posent les désaccords ou des désarrois. Cela dit il y a des mesures concernant les conséquences de divorces, qui s’annoncent souvent difficile à avaler. Il arrive que l’autre partie désapprouve.

Par contre comme celui par consentement réciproque, le divorce accepté émane de la confidentialité. C’est-à-dire que les raisons pour lesquelles divorcer ne sont pas prises en compte. Certes, ce ne sont plus les futurs ex époux qui décident sur les sommes  diverses qu’il faut verser après la dissolution définitive. Le juge écoute les arguments des deux et tranche après.

Le divorce par rupture définitive du lien conjugal

D’après le code civil, les articles 237 et 238 en droit de la famille régi cette loi. Les époux mettent fin à leur contrat de mariage car l’un des deux le souhaite. Celui- ci dépose sa requête après 2 années de séparation  de corps. Cette situation est à prouver avec des pièces justificatives car un simple aveu  ne suffit pas pour voir de près la pertinence de la séparation. Ce type de séparation est facile à exécuter avec des preuves à l’appui. Il faut juste que la déposition de la requête ait lieu après  cette durée minimum de séparation de faits. C’est souvent la recherche de preuve qui présente un blocage car il arrive que l’autre partie, ne voulant pas divorcer, déploie un grand moyen pour faire en sorte que ces allégations disparaissent. Il arrive même que celle-ci puisse retourner la situation.

Divorcer par faute de l’un des deux parties ou par les deux

Celui-ci figure dans les codes civils 244 et 245 du droit de la famille en France. En fait, la situation est devenue insupportable pour celui qui est victime. Celui-ci doit endurer des souffrances infligées par l’autre partie.

Les causes de la séparation sont souvent graves et en générale ce sont les femmes qui en sont victimes. Or les faits inverses peuvent se produire.

Parmi ces causes figure l’adultère (infidélité), la violence physique (pouvant faire office d’une procédure avancée par rapport à la normale), le non contribution aux charges familiales (besoins en nourriture, en santé et éducation, eau et électricité, impôts etc.), insulte et menace répétitif (violence verbale), abus sexuel, acte de délinquance (ce qui ont une influence sur les enfants), l’existence d’un enfant adultérin (celui de la maîtresse ou l’inverse),  acte de malversation  pouvant atteindre l’autre partie.

Ce type de divorce est le plus compliqué car la procédure est longue et coûteuse en plus. Parfois, les fautes sont rejetées sur les deux parties sachant que le dit coupable au début a trouvé un moyen pour prouver les torts de celui qui se prend pour une victime. Dans ce cas les charges seront départagées par les deux

Bref, chaque type de divorce comporte chacun leurs points faibles. Mais le plus compliqué est celui qui se produit suite à des fautes commises par l’un ou l’autre partie.